Nord Nord Ouest

TEB janvier2016 banniere

UNE CREATION COLLECTIVE DE LA TROUPE EN BOIS
IMAGINEE, ECRITE, MISE EN SCENE ET INTERPRETEE PAR NATHANAËL BEZ, CLÉMENT BOURDELEAU, JULIETTE DELVIENNE, EVA FREITAS, SIDONIE GAUMY,  ET ARIANE RAYNAUD
AVEC ROMAN FACERIAS A LA CREATION SONORE, LA COLLABORATION DE YONI NAHUM ET LA VOIX DE CLÉMENT MARCHAND
AINSI QUE MATHILDE (COACHING VOCAL) ET PAULINE UZAN (COACHING DANSE)
DOSSIER DE PRESSE : TELECHARGER
LIVRE D’OR DES SPECTATEURS : VISITER

 

LES 11, 18 ET 25 JUIN AU THEATRE PARIS STORY – RESERVATIONS

 carte-1464442004_150-1465053298

 

CRÉATION COLLECTIVE / SYNOPSIS

Quand Ana reçoit la lettre écrite par son frère disparu depuis 10 ans, elle n’hésite pas une seconde. Elle quitte immédiatement son bureau de paléographe et emmène Ulysse, son assistant, à la recherche de Victor. Le monde qu’ils découvrent alors ne ressemble en rien à ce qu’ils connaissent…

Dans un univers atemporel entre Saint-Exupéry et Michel Gondry, la Troupe en Bois vous emmène dans un voyage surréaliste où tout est exécuté sur scène et en temps réel.

Les lumières, les sons et les décors se fabriquent et se transforment à vue. Nous sommes tous présents pour les faire vivre, comme un monstre aux multiples tentacules qui s’activent dans l’ombre.

 

NOTE D’INTENTION

« Un monde profond, un peu fou et qu’il fait bon de respirer au théâtre. »

Un Fauteuil pour l’Orchestre, 9.11.16

Cela fait presque 3 ans que l’idée a germé de créer notre propre pièce. Avec patience et acharnement, nous en avons débattu chaque détail, passionnément. Notre parti pris est simple : personne ne quitte jamais la scène. Nous sommes le décor, nous sommes les personnages et nous sommes l’ambiance sonore.

« C’est créatif, astucieux et surprenant.[…]Quelque chose de Wes Anderson mâtiné d’un brin de Jules Verne. »

Rhinocéros, 21.11.16

Faire une création collective, c’est comme mettre la vie entière dans un petit bocal, agiter, et voir ce qu’il advient. Chaque possibilité a été envisagée : faire une monarchie ou une démocratie ? Penser à nous ou penser au monde ? Faire rire ou faire réfléchir ?

Nous nous sommes retrouvés face à nous-mêmes, privés du support du texte, obligés de sortir nos tripes. Ce qu’il en est sorti, c’est l’histoire de l’amour entre un frère et une sœur, et une mise en scène qui ne pourra fonctionner qu’à la force de l’imagination.

Il y en a eu des moments difficiles, des répétitions où, à bout de forces, nous sortions boire des bières. Et puis on a pensé « Ca y est, on le tient. »

« Le collectif est là, fonde tout ! Ce n’est pas une troupe en toc à laquelle nous avons affaire, mais bien en bois massif, aux racines implantées dans le travail communautaire. »

Le Souffleur, 8.11.16

Nous avons prêté nos doutes à Ana face à la question qui nous taraudait tous : « C’est quoi, pour moi, partir à l’aventure ? »

Evidemment, il n’y a pas de solution, pas de réponse officielle. Nous ne vous dirons pas que ce projet nous a rendus plus forts et plus unis, même si c’est sans doute vrai. Pour la sagesse, il faudra repasser, mais voici ce que nous en avons retenu :

 

Pour le goût de l’aventure, pour se laisser surprendre, pour pleurer tous ensemble devant la beauté de la vie, pour y croire quand vous n’y croirez plus, pour en rire quand vous y croirez trop, entourez-vous.

 

valise-1464441972_200-1465053287